paprika.idref.fr paprika.idref.fr data.idref.fr data.idref.fr Documentation Documentation
Identifiant pérenne de la notice : 213239116Copier cet identifiant (PPN)
Notice de type Notice de regroupement

Point d'accès autorisé

L'esthétique de la dérision dans les romans de la période réaliste en France (1850-1870), genèse, épanouissement et sens du grotesque

Variante de point d'accès

The Aesthetics of derision in French realistic fiction (1850-1870), the genesis, blooming, and meaning of the Grotesque
[Notice de regroupement]

Information

Langue d'expression : français
Date de parution :  2002

Notes

Note publique d'information : 
Comment expliquer le fait que les romans de la période réaliste en France se caractérisent par leur dérision ? Doit-on considérer que la mimesis est indissociable de la satire et de la parodie du réel ? Dès lors, du réel à l'écriture, se pose le problème du grotesque que Victor Hugo théorise en 1827 dans la préface de Cromwell, point d'ancrage théorique pour notre recherche. Le grotesque, que nous nous attacherons à cerner dans le premier mouvement de ce travail, renvoie à une nouvelle esthétique, en rupture complète avec les canons classiques. L'œuvre romanesque de Gustave Flaubert marquée au coin de l'ironie, et la référence systématique au grotesque que l'épistolier utilise pour évoquer la vanité bourgeoise - celle de Macaire ou de Prudhomme - ou la bêtise humaine, ont éveillé notre curiosité. Le grotesque renvoie aussi à la blague, trait distinctif d'une époque, qui fascine Edmond et Jules de Goncourt cependant qu'ils l'abhorrent. Aussi, il nous a semblé intéressant d'explorer ce champ du grotesque qui revêt, dans les romans à prétention réaliste, des aspects satiriques et parfois métaphysiques. Nous nous intéresserons donc, dans un second temps, aux premiers réalistes, petits écrivains de la bohème comme Henry Murger, Champfleury (Jules Husson dit) ou Louis-Edmond Duranty, qui abordent le réel par la dérision. Nous envisagerons enfin le grotesque flamboyant des romans de Victor Hugo, Gustave Flaubert et les Goncourt qui paraissent entre 1850 et 1870.

Note publique d'information : 
How can we explain the fact that French realistic novels are characterized by their derision ? Shall we state that the mimesis cannot be dissociated from the satire and parody of reality ? As a matter of fact, from reality to writing, we raise the problem of the grotesque that Victor Hugo theorized about in 1827 in the preface to Cromwell that lays the theoretical foundation stone of our research. The grotesque we will endeavour to define in the first part of this thesis refers to a new form of aesthetics that is radically opposed to the classical codes. Our curiosity as been aroused by Gustave Flaubert's novels, that bear the stamp of irony, as well as the systematic reference to the grotesque that the letter writer employs to evoke bourgeois vanity - i.e. Macaire's or Prudhomme's - or human stupidity. The grotesque also refers to farce, a feature of this era, that fascinated Edmond and Jules de Goncourt, though they loathed it. Indeed we have found it interesting to explore this aspect of the grotesque that takes on satirical overtones and sometimes metaphysical ones in novels that claim to be realistic ones. We will then focus on the first novelistic realists, that is some minor writers from the French literary movement Bohemia (e.g., Henry Murger, Jules Husson a.k.a. Champfleury, and Louis-Edmond Duranty) who dealt with reality derisively. We will eventually discuss the flamboyant grotesque in the mid-nineteenth century novels (1850-1870) by Victor Hugo, Gustave Flaubert, and the Goncourt brothers.


Notices d'autorité liées

... Références liées : ...