Documentation Documentation
Identifiant IdRef : 213300443
Notice de type Rameau

Point d'accès autorisé

Informations

Langue d'expression : Francais
Date de naissance :  2005
Note publique d''information : 
Les migrations circulaires touarègues concernent, dans la zone de Bankilaré (sud-ouest du Niger), une part massive des hommes d'âge actif ; ils appartiennent à la classe sociale des esclaves. Ils réalisent des allers-retours entre leur campement et Abidjan. Auparavant saisonnières, les migrations se caractérisent, dans la période contemporaine, par un allongement des durées de séjour à Abidjan, de huit mois à deux ans en moyenne. Si le projet migratoire, défini à l'échelle individuelle et familiale, rend compte des contraintes économiques propres à un contexte de pauvreté dans l'espace de départ, il s'appuie sur une histoire migratoire longue, sur un savoir-faire de la mobilité ancien : le passé de pasteurs nomades de cette société. Le projet migratoire implique non seulement l'ensemble des membres du groupe social dans les parcours, mais aussi l'ensemble des lieux mis en relation par ces mêmes parcours. L'espace local ne se réduit pas à l'espace de fixation du groupe, mais se construit avec le mouvement, par le biais de la circulation. Suivant une logique de continuité avec le nomadisme, l'unité du groupe repose plus sur le partage de temporalités communes que sur le partage d'un même territoire. Les spatialités qui se construisent alors, celles des migrants comme celles des immobiles, peuvent être qualifiées de nomades. Le projet migratoire se charge aussi d'une dimension politique en relation avec la catégorie sociale des migrants - ils sont descendants d'esclaves - avec l'intervention des institutions du développement dans cette zone. Si jusque dans la période récente, l'alternance entre présence et absence était intégrée aux modes de fonctionnement de cette société, faisant état d'une installation de la mobilité, des tensions, des conflits commencent à apparaître. Les migrants, par le biais de leurs séjours en ville, font l'expérience de la liberté, développant en retour, dans les campements, des formes de désobe��issance passive, voire de résistance face à l'autorité des maîtres. À l'inverse, les immobiles, par le biais des projets de développement, s'impliquent dans un local qui a alors tendance à se refermer sur lui-même. Les tensions naissent entre une catégorie de population qui ne peut construire son espace local qu'avec le mouvement et une catégorie, celles des immobiles, engagée dans les projets de développement, qui développe une configuration socio-spataiale proche du territoire

Note publique d''information : 
The Tuareg rotary migrations concern, in the area of Bankilaré (south east of Niger), a large part of labor men ; belonging the slave class. They go and return between their camp and Abidjan. Previously seasonal, their migration is distinguished today by a more and more longer period of residence in Abidjan, eight months to two years on average. If the migratory project, defined on the individual and family level, accounts for economic pressure, caracteristic of a poverty context in the starting area, he is also based on a long migratory history, an old savoir-faire of mobility : the past of the shepherd nomads. The migratory project involves not only all the social group in the routes, but also all the places put in touch with the same routes. The local space is not confined to group's permanent space but he is built with the movement, through the circulation. Continuously with the nomadism, the group's unity is based more on the share of common temporalities than on the share of the same territory. The migrants and immobiles spatialities which are build, can be qualified as nomads. The migratory project has also a politic dimension in relation with the social class of migrants because they are slave descendants, and also with the intervention of the development institutions in this area. If recently the rotation between absence and presence is integrated to society - which reveals installation of mobiliy - there are conflicts which begin to appear. Migrants, during their stay in the city, discover liberty and test it. Then their develop in their camp forms of disobedience or resistance to their master's authority. In the opposite the immobiles develop, through development projects, involve in the local space which is inclined to close up. Conflicts appear between a class producing its local space with the movement and another class, the immobiles, who built a social space near to the territory notion, with the development projects

Notices d'autorité liées

Autres identifiants

Utilisation dans Rameau

Le point d'accès peut être employé dans un point d'accès sujet

... Références liées : ...